11.09.2023

Mohamed Ali à Berlin : 100 ans de syndicalisme tunisien

A proximité de l'avenue Habib Bourguiba à Tunis, particulièrement connue depuis les soulèvements de la révolution...

Cependant, la rue ne fait pas référence au boxeur américain, mais a été nommée en l'honneur de Mohamed Ali El Hammi, un symbole du paysage syndical tunisien. En outre, en ce qui concerne la coopération entre les syndicats tunisiens et allemands, Mohamed Ali semble être intéressant. Son séjour à Berlin il y a environ 100 ans, de 1919 à 1924, a conduit à la formation de ses idées politiques. Que reste-t-il du séjour de Mohamed Ali à Berlin ? Dans quelle mesure son séjour à Berlin a-t-il inspiré son engagement politique ultérieur en Tunisie ?

Une enfance et une jeunesse dans des conditions modestes, sans aucun lien avec le pouvoir et la politique

Bien que l'on sache peu de choses sur l'enfance et la jeunesse de Mohamed Ali, ses traces mènent au sud du pays, dans un petit village près de Gabès. On peut supposer qu'il est né entre 1890 et 1896. Au début du siècle, il s'est installé à Tunis, où il a commencé à travailler comme commerçant sur un marché. Mohamed Ali est censé être l'un des premiers Tunisiens à avoir passé son permis de conduire en 1908. Cela lui a permis de travailler comme chauffeur pour Enver Pacha, un officier militaire ottoman. Les historiens pensent qu'il a quitté la Tunisie en 1911 ou 1912 pour accompagner Enver Pacha à Constantinople. Pendant son séjour à Constantinople, il entre en contact avec des membres de l'Empire ottoman et du mouvement de réforme politique Jeunes Turcs, avec lesquels il se rend à Berlin en 1918.

La politisation à Berlin - entre marxisme et panislamisme

Son séjour à Berlin est d'abord confirmé par son inscription en tant qu'auditeur à l'université Friedrich Wilhelm, qui est aujourd'hui l'université Humboldt de Berlin, le 25 mai 1920. En outre, son inscription officielle en tant qu'étudiant peut être documentée. Il a été officiellement inscrit comme étudiant dans le domaine de l'économie en novembre 1920. Cependant, on sait peu de choses sur la suite de ses études. On peut supposer qu'il a suivi les cours de Heinrich Cunow, un important théoricien marxiste, et de Heinrich Herkner, un économiste national. En raison de son intérêt particulier pour l'organisation des coopératives rurales, on peut supposer qu'il a assisté aux cours d'August Müller, ministre de l'économie sous Friedrich Ebert. La question se pose alors de savoir comment il a pu surmonter les exigences financières et administratives pour s'inscrire comme étudiant à l'université Friedrich Wilhelm. L'influence de son entourage berlinois l'a probablement aidé.

Le même milieu des Jeunes Turcs créa un réseau panislamique à Berlin pour poursuivre la lutte contre le Protectorat français. Enver Pacha et Talât Pacha y jouent un rôle central. En 1920, Enver fonda l'"Union des sociétés islamiques révolutionnaires", une association de communautés islamiques révolutionnaires. À Berlin, le "Club d'Orient" a été créé dans le cadre de l'association. Mohamed Ali était lui aussi activement engagé dans l'association. Certains indices suggèrent même que le "Club d'Orient" a été fondé dans son appartement. À partir de mars 1921, le club a publié un magazine intitulé "Liwa-el-Islam", qui a contribué à propager ses convictions et ses intérêts au sein du courant communiste de l'époque. La mort d'Enver en août 1922 fait perdre à Mohamed Ali sa principale source de financement. Dès lors, il doit exercer une activité professionnelle, ce qui l'empêche de se consacrer uniquement à ses études. Il est exmatriculé en janvier 1924, ce qui est justifié par la note "indolence" dans les archives de l'université Friedrich Wilhelm.

L'implication de Mohamed Ali dans la fondation de coopératives

Là encore, peu d'informations sur les convictions et l'action politiques de Mohamed Ali sont disponibles. Néanmoins, son séjour à Berlin semble avoir eu un impact sur son engagement à son retour en Tunisie. Il a non seulement acquis de nouvelles connaissances dans le domaine de l'économie, mais s'est également impliqué dans l'organisation de la politique anticoloniale. À son retour en Tunisie, il s'est d'abord concentré sur la création de coopératives de consommateurs et de producteurs. Selon lui, celles-ci étaient nécessaires pour améliorer la situation misérable de la population active et pour construire une économie alternative à l'économie coloniale. Un conflit de classe au sens du marxisme ne semblait pas adapté à la situation tunisienne en raison de l'occupation française et de l'hétérogénéité de la classe ouvrière tunisienne. Le combat de Mohamed Ali était donc dirigé contre l'oppression étrangère de la société tunisienne dans son ensemble plutôt que contre l'oppression exclusive de la classe ouvrière.

Les premiers syndicats, pour la plupart étrangers, s'organisent d'abord au niveau local. En coopération avec les Jeunes Turcs, une organisation collective syndicale a été fondée le 29 juin 1924. L'une des raisons possibles de cette orientation est que Mohamed Ali s'est inspiré du modèle allemand des coopératives d'achat de produits agricoles, appelées "Raiffeisen". Dans l'ensemble, l'initiative de Mohamed Ali de constituer une coopérative a été inspirée par son séjour à Berlin. Plus tard, Mohamed Ali a été élu président du comité de gestion de la coopérative.

Les grèves des dockers de Tunis et de Bizerte ont provoqué la restructuration du paysage syndical tunisien. Ces événements sont également déterminants pour l'engagement politique de Mohamed Ali. De plus en plus, la coopérative adopte des aspirations nationalistes, si bien que le 3 décembre 1924, la "Confédération générale tunisienne des travailleurs" est fondée en tant que premier syndicat tunisien. Mohamed Ali est désigné comme secrétaire général du syndicat. Le syndicat rejette l'idée d'une révolution communiste et se concentre plutôt sur la mise en œuvre de réformes sociales. Cependant, la Confédération Générale Tunisienne des Travailleurs est rapidement réprimée par le Protectorat français et ses principaux dirigeants, dont Mohamed Ali, sont arrêtés le 5 février 1925 et condamnés à dix ans d'exil en novembre 1925. Son séjour à Berlin est également pris en compte dans cette condamnation. Entre-temps, le syndicat nouvellement fondé avait déjà été dissous. Mohamed Ali a passé son exil à Alexandrie, en Égypte, où ses traces ont été perdues. Les historiens supposent que Mohamed Ali est mort en mai 1928.

Après la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle tentative a été faite en Tunisie pour établir une confédération syndicale. Ainsi, en 1946, l'Union générale tunisienne du travail est fondée et Farhat Hached est élu premier secrétaire général. Au cours de son mandat, il se concentre sur certaines réformes sociales envisagées par Mohamed Ali et les intègre dans les lignes directrices du nouveau syndicat. Cent ans après l'œuvre de Mohamed Ali, des routes et des projets sociaux portent encore son nom. Ses initiatives politiques et ses idées ont jeté les bases de l'Union générale tunisienne du travail, qui est l'un des acteurs les plus puissants de la société civile en Tunisie.

 

Simone Bieringer - Ancienne stagiaire de FES Tunisie - Étudiante en master de gouvernance internationale et européenne à l'Université de Münster et à Sciences Po Lille.

Vers le haut