Le Budget de Dignité pour la Tunisie

La liberté d’expression, le sentiment de sécurité, l’accès à l’emploi, le droit à la santé, l’organisation de pouvoirs démocratiques représentatifs des intérêts de la population figurent, entre autres, parmi les revendications exprimées par la population tunisienne et sont indispensables pour assurer les conditions d’une vie digne. D’autres dimensions non moins importantes portent sur les conditions de vie matérielles de la population tunisienne ; c’est essentiellement sur cette question que porte ce projet pilote de recherche. A l’inverse des analyses de la pauvreté qui identifient les populations en situation d’exclusion, le Budget de la dignité vise à définir, par un consensus citoyen, un seuil d’inclusion, c’est-à-dire un seuil minimal au-dessus duquel chacun se verrait garantir les ressources nécessaires pour mener une vie digne, sans courir le risque de privations.

Ce projet de recherche s’appuie sur une méthodologie innovante (Minimum Income Standards - MIS) initialement développée par des chercheurs britanniques depuis une dizaine d’années (Bradshaw et al., 2008). Elle a été reprise dans un certain nombre de pays, dont la France notamment, et expérimentée dans des projets pilote au Mexique et en Afrique du Sud. C’est la première fois qu’une étude de cette nature est conduite dans le monde arabe. Pour mener à bien ce projet, trois institutions ont décidé d’associer leurs ressources et leur expérience. L’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), qui a été étroitement associé à ce type de recherche en France, a assuré la coordination scientifique du projet. L’équipe d’International Alert (IA) a été la cheville ouvrière de la recherche. La Fondation Friedrich Ebert (FES) a également apporté son soutien à cette recherche, comme elle l’a fait dans un précédent projet pilote de même nature en Afrique du Sud.

Ces trois partenaires ont constitué un comité de pilotage qui a défini les grandes options du projet et assuré son suivi à chaque étape de la recherche. Compte tenu des moyens limités disponibles pour ce projet pilote, il a été décidé de s’intéresser aux besoins d’une famille type composée d’un couple avec deux enfants et vivant dans la métropole du grand Tunis. Ce projet pilote est donc loin d’être représentatif de l’ensemble des situations que l’on peut rencontrer sur le territoire tunisien. Il présente cependant l’avantage d’être suffisamment significatif pour dégager de premiers enseignements utiles pour le débat public.

Le montant global du Budget de la dignité pour la famille-type retenue à travers ce projet pour une famille avec deux enfants de 7 et 14 ans vivant dans le Grand-Tunis s’élèverait, au minimum, à 2.400 DT par mois. Il s’agit ici d’un budget mensuel moyen qui prend en compte le fait que certaines dépenses peuvent être plus importantes sur certains mois de l’année (fêtes, périodes scolaires). A cet égard, le salaire minimum reste aujourd’hui très inférieur au seuil qui assurerait des conditions de vie dignes aux travailleurs et à leurs familles. Le Budget de la dignité pour une famille avec deux enfants représente environ 6 fois le montant du salaire minimum actuel. Dans l’hypothèse où les deux membres du couple ont un emploi à temps plein, le salaire minimum devrait être multiplié par 3 environ pour permettre à la famille d’accéder à des conditions de vie décentes.

Loin d’être un point d’aboutissement, cette recherche vise avant tout à nourrir le débat sur l’exigence de dignité parmi les acteurs sociaux et politiques.

Communiqué de presse
Note de synthèse du rapport
Veuillez télécharger le rapport ici.

Un Budget de la dignité pour la Tunisie

Activités

| Activités, Politiques économiques pour la justice sociale

Tunis Les 17 et 18 Mars /Zoom

Hôtel Laico Tunis, Place des Droits de l’Homme, 1001 Av. Mohamed 5, Tunis 1001/ En ligne

 


suivant

05.03.2019 | Activités, Politiques économiques pour la justice sociale

Appel à candidatures de militants, de chercheurs indépendants, d’étudiants en Master et de doctorants : En collaboration avec la Friedrich Ebert…


suivant

27.11.2018 | Activités, Politiques économiques pour la justice sociale

Bruxelles le 27 et 28 novembre 2018


suivant

Presse

| Presse, Politiques économiques pour la justice sociale

L’étude s’est appuyée sur des séances de travail, des entretiens, des témoignages et des discussions interactives avec 22 jeunes


suivant

| Presse, Politiques économiques pour la justice sociale

La levée progressive de la subvention et la réforme des entreprises publiques permettra d’alléger l’endettement public pour atteindre 86% du PIB en…


suivant

| Presse, Politiques économiques pour la justice sociale

La politique d’austérité proposée par le Fonds monétaire internationale (FMI) pour alléger l’endettement public de la Tunisie n’est pas la véritable…


suivant

Friedrich-Ebert-Stiftung

Section du Proche et Moyen Orient et l'Afrique du Nord
FES Berlin
Hiroshimastraße 28
10785 Berlin

info.nahost(at)fes.de

Á propos de FES

Bureaux dans la Région
 

Publications

Vers le haut