11.12.2023

Marchés mondiaux des céréales

En Afrique du Nord, des millions de personnes dépendent des céréales et du pain. Le Caire abrite le marché mondial le plus important pour les céréales importées. Le livre « Marchés mondiaux des céréales » de Jörg Gertel

En Afrique du Nord, des millions de personnes dépendent des céréales et du pain. Le Caire abrite le marché mondial le plus important pour les céréales importées. Le livre « Marchés mondiaux des céréales » de Jörg Gertel montre comment les mécanismes et les acteurs du marché, impliqués dans le commerce des céréales influencent les conditions d'approvisionnement et la sécurité alimentaire sur place par le biais de la fourniture de blé et de la négociation des prix. La guerre en Ukraine a des répercussions spatiales qui, en plus des mouvements de réfugiés, ont des conséquences bien au-delà de l'Ukraine. En effet, la Russie et l'Ukraine font partie des régions les plus importantes au monde pour la culture des céréales et elles ont une part importante dans les exportations internationales, en particulier au cours des dernières années. L'effondrement de la production de céréales dû à la guerre, avec le manque de livraisons attendues ainsi que les prix en hausse qui en découlent, affectent particulièrement les pays d'Afrique du Nord. Les habitants de ces régions dépendent largement des importations de blé. En conséquence, les baisses de production dues à la guerre sur le marché mondial des matières premières peuvent se traduire par des augmentations de prix et la faim.

Les causes de l'appât du gain, des hausses dramatiques des prix alimentaires et en fin de compte de la faim deviennent compréhensibles, selon la thèse présentée, seulement dans le contexte du technolibéralisme - c'est-à-dire l'interaction entre le néolibéralisme, la technologie et la production de connaissances. Ces liens ne doivent pas nécessairement être permanents et ne doivent pas non plus être limités à un seul endroit. Il s'agit plutôt de configurations à court terme, d'alliances changeantes et de procédures institutionnalisées qui se génèrent souvent de manière invisible pour le public dans les bureaux et les salles de négociation, se cachent derrière des processus de valorisation technicisés et se dissimulent dans des procédures et des processus anonymes. Les actions qui en découlent sont souvent peu réglementées par l'État et échappent également à tout contrôle. Mieux encore : elles se débarrassent de la responsabilité sociale et échappent à une évaluation ou même à une responsabilité sociale. La spéculation axée sur la technologie et les gains d'arbitrage, qui deviennent également efficaces en fraction de secondes, opèrent alors de manière exploiteuse ; ils font finalement monter les prix du pain et provoquent en dernière instance, même de manière non intentionnelle, l'insécurité, la faim et la mort prématurée.

Pour comprendre les mécanismes sous-jacents de la perte de contrôle, il est nécessaire de considérer l'argent comme moyen de paiement d'une perspective différente. Le rôle de l'argent a été exploré par les chercheurs. L'argent est généralement distingué entre la monnaie fiduciaire et la monnaie marchandise. La monnaie fiduciaire est un moyen de paiement sans valeur intrinsèque, généralement sous forme de billets émis par les banques centrales. En revanche, la monnaie marchandise comme l'or ou les céréales a une valeur matérielle. Les céréales et les entrepôts de céréales ont joué un rôle central en Afrique du Nord pour les situations d'urgence et la préservation du pouvoir - même aujourd'hui, le gouvernement au Maroc est encore désigné par le terme "Makhzan" (entrepôt - endroit où les impôts sont conservés).

Lors de l'analyse des causes et des risques des crises alimentaires, traditionnellement, trois causalités ont été distinguées, dont la portée doit être élargie compte tenu des développements actuels :

  1. Problèmes de production (Échec de production) : la faim résulte d'un échec de production. Cependant, il est également évident que les baisses de production et les hausses de prix qui en résultent sont actuellement transmises sur de longues distances aux consommateurs : le manque de production ou de livraison en provenance et à destination de l'Ukraine se combine avec des problèmes de consommation en Égypte et en Tunisie.
  2. Problèmes de marché et d'accès (Défaillance des droits ; Sen 1991) : Le point central de ces considérations est la formation asymétrique des prix et la volatilité des prix alimentaires au sein des relations d'échange mondialement interconnectées. Même avec des denrées alimentaires localement disponibles, l'insécurité alimentaire et la faim peuvent survenir en raison du manque de ressources adéquates et de la pauvreté, car certaines personnes et groupes ne peuvent pas acheter les denrées alimentaires qui sont physiquement présentes en raison de problèmes d'accès liés au pouvoir d'achat.
  3. Problèmes de responsabilité et échec des interventions (Défaillance de la réponse ; Devereux 2007) : Ils représentent les "nouvelles" crises alimentaires, celles qui surviennent dans le contexte de la mondialisation. L'échec des interventions est souvent lié à des régimes politiques restrictifs et à des événements de guerre. Surtout dans les situations de conflits armés, la faim et la violence sont souvent étroitement liées. Les résultats empiriques de plusieurs milliers d'entretiens en Afrique du Nord (Maroc, Tunisie, Égypte) ainsi qu’au Moyen-Orient (Liban, Syrie, Jordanie, Palestine, Bahreïn et Yémen) en 2016, sur la question des transformations les plus importantes au cours des cinq dernières années depuis le Printemps arabe (2011), montrent que les répondants ont le plus souvent mis en avant l'insécurité alimentaire et la violence croissante.

Cependant, les personnes touchées sont souvent incapables d'identifier les causes complexes de la faim, encore moins les dynamiques spatiales sous-jacentes. Alors que les effets des combats violents, des déplacements forcés et de la pauvreté sont évidents pour tous, des mécanismes tels que la concentration du pouvoir de marché dans les maisons de commerce internationales ou les chaînes de distribution à portée mondiale, tout comme les stratégies économiques des banques ou des fonds souverains ainsi que la spéculation financière sur les denrées alimentaires et les stratégies d'investissement des consortiums de capitaux privés, sont difficiles à localiser, à peine compréhensibles et sont parfois activement dissimulés. Les chaînes d'action longues et fragmentées, ainsi que les réseaux transfrontaliers qui relient différents acteurs et dont les transactions passent d'un espace à l'autre, caractérisés en outre par des vitesses de transaction croissantes, rendent non seulement les questions de régulation plus complexes, mais remettent également en question les questions de responsabilité (intervention) et de responsabilité (prise en charge des coûts). Les crises alimentaires dans les conflits armés ou les situations de crise complexes peuvent résulter de l'interruption de différents segments du système alimentaire : tant au niveau de la production qu'au niveau de la commercialisation ou du transfert. Les famines ne surviennent pas simplement, elles sont créées délibérément. Par conséquent, elles ne doivent pas être comprises comme un échec de l'ordre social ou économique, mais plutôt comme un produit de cet ordre. En conséquence, il est nécessaire d'analyser non seulement les causes locales de l'insécurité, mais également de prendre en compte les forces externes, en particulier celles qui profitent de la faim et de la violence.

Vous pouvez consulter et télécharger le livre disponible en allemand sur ce lien

Jörg Gertel (Prof. Dr.) est professeur d'études arabes et de géographie économique à l'université de Leipzig. Il a étudié dans les universités de Damas, du Caire et de Khartoum. Il a également enseigné et mené des recherches à l'université de Fribourg et plusieurs fois à Seattle et Auckland. Ses recherches portent sur la région méditerranéenne au sens large et sur les questions de sécurité alimentaire, de mobilité et de dynamique des marchés, ainsi que sur la situation des jeunes et des jeunes adultes.

Vous pouvez consulter et télécharger le livre disponible en allemand sur ce lien

Gina Mehmood Awan - Ancienne stagiaire de FES Tunisie, étudiante en Master "Politique et société comparées du Moyen-Orient".

 

Vers le haut