15.11.2023

La vraie valeur du pain, miroir des inégalités sociales en Tunisie

Les boulangers de Tunisie ont fait grève du 2 au 19 août 2023. Le pain est un élément incontournable de la culture culinaire tunisienne et un sujet politique sensible. Le prix du pain est considéré en Tunisie comme une ligne rouge décisive de la paix sociale, car même le président Kaïs Saïed fait régulièrement référence à des émeutes du pain dans les années 1980 qui ont fait plusieurs morts. Après un doublement du prix du pain d'un jour à l'autre, plus de 100 personnes avaient alors perdu la vie.

Mais quel est le contexte des émeutes du pain en 1983/84 et dans quelle mesure les grèves de la Confédération patronale de la boulangerie moderne (CONECT) en sont-elles influencées aujourd'hui ?

La révolte était déclenchée par l'instabilité de l'économie nationale tunisienne dans le contexte de la libéralisation mondiale. Plus que la faim ou la pauvreté, les manifestants ont pointé du doigt la violation du contrat social tacite. A l'époque, comme aujourd'hui, l'inefficacité de la politique de subventions de l'Etat est un problème central. Au début des années 1960, la Tunisie indépendante a introduit un système économique d'orientation socialiste sous le Premier ministre Ahmed Ben Salah et a été confrontée à une sortie de capitaux et à une baisse des investissements. Plus tard, à partir de la seconde moitié des années 1970, elle s'est appuyée sur le soutien financier de la Banque mondiale et du FMI, qui ont mis en place des mesures d'ajustement structurel. En rupture avec la tradition socialiste, le président Bourguiba a nommé Hédi Nouira au poste de Premier ministre, un ardent défenseur du libéralisme économique.

Il a ouvert l'économie tunisienne en accordant des avantages fiscaux aux entreprises dont la production était exportée. La nouvelle doctrine combinait cette entrée dans le capitalisme libéral et la persistance d'une forte politique dirigée par l'État. La politique sociale a alors été radicalement remaniée et s'est davantage concentrée sur la promotion et la consolidation de la classe moyenne. Ce libéralisme a entraîné une aggravation spectaculaire des inégalités territoriales et sociales.

Le président Bourguiba a décidé fin 1983 de mettre fin aux subventions pour le pain et de doubler le prix du pain. A cette époque, des membres du gouvernement tunisien ainsi que des institutions internationales rendaient les subventions alimentaires responsables de l'aggravation des inégalités dans le pays, car elles étaient appliquées de manière égale à tous et ne répondaient pas aux besoins individuels. En outre, en les exonérant de ces dépenses, le gouvernement de Bourguiba avait l'intention de créer un fonds pour les plus défavorisés.

Alors que le gouvernement voulait réduire les coûts engendrés par les subventions, les classes ouvrières se préoccupaient surtout d'évaluer la juste valeur du pain et ce que l'on donne en échange du droit au pain – en d'autres termes : la valeur de leur propre travail et les conditions de l'échange inégal entre les travailleurs dans le besoin et l'État social. En effet, le pain ne coûtait pas la même chose pour tout le monde – les pains un peu plus grands, qui constituaient la base de l'alimentation des gens ordinaires, ont connu une augmentation de prix plus nette que les baguettes de la classe moyenne urbaine. Il en allait de même pour la semoule de blé dur, qui était surtout utilisée dans les zones rurales pour la préparation des plats quotidiens. Cette inégalité structurelle a été assez souvent évoquée, du moins dans la période qui a suivi la révolte, car elle mettait assez précisément en évidence le principal déficit des politiques libérales, axées sur les profits des plus riches et la consolidation de la classe moyenne dans un pays où la pauvreté des travailleurs et le chômage était encore très répandu. Cette politique a été suivie d'un soulèvement de dix jours au cours duquel la classe ouvrière, les familles et les femmes sont descendues dans la rue contre la police. Ce soulèvement a été brutalement réprimé par la police, car l'orientation de la Tunisie vers le modèle d'une économie occidentale libérale s'est également accompagnée du renforcement d'un État autoritaire et répressif. Le souvenir des événements de cette révolution du pain est toujours présent.
 

Les actuelles boulangeries dites "modernes", qui font partie de l'organisation patronale CONECT, ont suspendu la fabrication du pain du 2 au 19 août 2023. Le salaire mensuel minimum en Tunisie est de 450 dinars tunisiens (150 euros). L'économie étant basée sur les bas salaires, l'État subventionne l'achat de produits alimentaires de base depuis les années 1970. En Tunisie, une baguette subventionnée par l'Etat est ainsi vendue depuis 1984 pour 190 millimes (0,06 centimes d'euro) par un réseau qui compte aujourd'hui 3737 boulangeries semi-publiques.

Les boulangeries "modernes" se sont mises en grève, car les 1.500 boulangeries du pays, employant 18.000 personnes et produisant non seulement du pain à partir de la farine subventionnée, mais aussi de la farine de meilleure qualité, se sont vu interdire d'acheter de la farine subventionnée à partir du 1er août 2023. Le gouvernement accuse les boulangeries "modernes" de faire monter les prix ou de mélanger la farine avec certains autres types de farine et de pain afin de ne pas devoir vendre la baguette subventionnée au prix qu'il a fixé.

Le pays est aujourd'hui confronté à une grave crise du secteur financier public, qui s'est encore aggravée depuis la révolution de 2011. En l'espace de dix ans, la dette publique a quadruplé et représente aujourd'hui 80% du PIB. Les fournisseurs et les institutions financières nationales et étrangères ont perdu confiance dans le marché dont l'État a le monopole et qui n'a pas été suffisamment approvisionné. L'État manque donc de liquidités. Or, comme les fournisseurs souhaitent être payés à l'avance, l'approvisionnement doit être étalé dans le temps. Ainsi, pour l'économiste Ezzedine Saidane, il s'agit d'une "crise des finances publiques que (le président Saïed) ne reconnaît pas". En se basant sur les chiffres de l'Observatoire national de l'agriculture (ONAGRI), on peut observer que l'Etat a réduit ses importations de blé tendre, utilisé pour la fabrication de la farine. En 2023, les importations de blé tendre ont diminué de 52.400 tonnes par rapport à 2022. Il en va de même pour le blé dur, bien que l'inverse semble être vrai, puisque les importations avaient déjà baissé de 134 500 tonnes et ont augmenté de 30 000 tonnes depuis. Parallèlement, le pays a connu une grave pénurie d'eau au cours des trois dernières années, ce qui a eu des répercussions sur les récoltes.

Il y a donc un problème structurel d'approvisionnement du marché en farine. La farine est importée à 95% et, surtout depuis la guerre d'agression russe contre l'Ukraine et l'interruption des chaînes d'approvisionnement, des pénuries se font sentir.

L'ampleur de la répression lors de la grève du pain dans les années 80 montre clairement ce qui était en jeu : la véritable valeur du pain en tant que reflet des inégalités sociales. Dans les témoignages entendus à l'IVD (Instance vérité et dignité - Truth and Dignity Commission), la violence et la durée de la répression qui a poursuivi les victimes longtemps après leur licenciement et après la fin de la torture physique sont particulièrement frappantes. Nombre d'entre elles n'ont jamais retrouvé de travail et leurs familles ont été à la merci d'humiliations. Selon la Ligue pour droits de l'homme (LTDH), 123 personnes ont été tuées et 1500 blessées lors des émeutes. L'État a légitimé ces violences en invoquant de prétendus complots islamistes.

Les quelques jours de la révolte du pain ont été bien plus qu'une simple révolte passagère contre la pénurie de nourriture. Ils sont considérés comme un épisode dans lequel on peut voir la disparition d'un ordre social implicite, à côté des promesses de progrès et de l'espoir d'une société ouverte qui autorise au moins des formes de méritocratie, que ce soit dans les écoles, les usines ou les petits métiers informels. La valeur du pain est donc moins mesurée par la faim que par le fossé social qui s'est creusé dans la société.

Comme dans les années 1983 - 1984, la société tunisienne aspire aujourd'hui à être entendue par le gouvernement. "Ce n'est pas en imposant un prix unique du pain que l'on résoudra le problème", estime Ezzedine Saidane. Il n'est guère utile que le président tente de polariser avec une polémique qui labellise le pain vendu par les boulangeries modernes comme "le pain des riches" et le pain des boulangeries traditionnelles comme "le pain des pauvres", car "c'est l'Etat qui n'a pas acheté assez de céréales. Il n'y a donc pas assez de farine et par conséquent pas assez de pain (à cause du manque de fonds publics)", selon Ezzedine Saidane.

 

Sources:

Tunisie : colère de boulangers privés par l'État de farine subventionnée - InfoMigrants

En Tunisie, la guerre du pain fait rage (lefigaro.fr)

https://www.jeuneafrique.com/1473843/politique/crise-du-pain-en-tunisie-arrestation-du-responsable-dune-federation-de-boulangeries/

Crise du pain : jusqu'à quand l'État va-t-il se dérober à ses responsabilités . (businessnews.com.tn)

The Fair Value of Bread: Tunisia, 28 December 1983–6 January 1984 | International Review of Social History | Cambridge Core

Gina Mehmood Awan est ancienne stagiaire de FES Tunisie, étudiante en Master "Politique et société comparées du Moyen-Orient".